Archives de catégorie : FORMATION CONTINUE

WEBINAIRE & CONFÉRENCE

WEBINAIRE/CONFÉRENCE

30 MARS 2021 – « La comédiation : pourquoi et comment »

Webinaire organisé et animé par Céline VALLIÈRES avec Hélène ABELSON GEBHARDT et Paul DEMARET

Lien vers le chaîne Youtube de Céline VALLIÈRES :

https://www.youtube.com/channel/UCQV_KTcLju9cM3Dmih_C0MA

21 octobre 2020 : « L’HABIT NE FAIT PAS LE MOINE : Le professionnel et les différents styles d’interventions »

conférence organisée par le Centre de Médiation asbl

conférencière : Madame Marianne SOUQUET

Madame Marianne SOUQUET au Centre de Médiation asbl à Luxembourg lors du Webinaire du 21/10/2021

Le lien Youtube vers la  conférence : Approfondir son style de médiateur à travers les différents courants de Médiation –  Organisé par le Centre d’Enseignement des Modes Amiables (CEMA) et animé par Madame Catherine EMMANUEL, Directrice pédagogique du CEMA, le jeudi 05 novembre 2020 à 18h.

Projection du film “Amahembe y’inka (Les cornes de la vache)” – Jeudi 17/10/2019 – 18h45

JEUDI 17 OCTOBRE 2019 – 18h45

Lieu :
Centre Scolaire, Sociétaire et Sportif 29, rue de Strasbourg L -1839 Luxembourg – Gare

INSCRIVEZ-VOUS VIA : EVENTBRITE

Dans le cadre de la Semaine Mondiale de la Médiation – du 14 au 19 octobre 2019

le Centre de Médiation asbl propose la projection du film “Amahembe y’inka (Les cornes de la vache)”.

Ce film documentaire raconte l’histoire essentielle de communautés villageoises au Rwanda qui se sont réappropriées le débat de la justice.

Synopsis : Une expérience fantastique de justice réparatrice est en train de faire ses preuves dans quelques villages au Rwanda.

Ce n’est pas un hasard, évidemment : ce pays a connu l’indicible avec le génocide dont on vient de commémorer le 25e anniversaire du déclenchement. Au bout du bout de l’horreur, la lumière surgit… Les communautés ont embrassé un processus de justice réparatrice dans le domaine des violences sexuelles et domestiques, qu’elles mettent aujourd’hui en œuvre par et pour elles-mêmes. La justice classique ne résolvait pas tout et les sanctions, lorsqu’il y en avait, n’étaient pas toujours acceptées par les auteurs, tandis que les victimes n’y trouvaient pas non plus leur compte. Du coup, pour ce projet pilote, on a inversé le processus : plutôt que de confier le problème à des personnes extérieures (juges, avocats, directeurs et gardiens de prisons), les communautés prennent leur place légitime dans le jugement. Toutes les parties prenantes sont intégrées dans le parcours de justice réparatrice. Et c’est devant la population réunie au grand complet lors d’un cercle de dialogue que les protagonistes prennent l’engagement de repartir sur une autre base. La victime se sent reconnue, l’auteur accepte sa sentence, parce que celle-ci lui permet aussi de s’en sortir la tête haute, et les proches s’engagent à accompagner et à soutenir ce petit monde dans la durée !

INSCRIVEZ-VOUS VIA : EVENTBRITE